Suivez-nous sur :

Critique Les Animaux Fantastiques : une entrée en matière magique

Dans Critiques par Curry, le 17 Nov. 2016 à 01:43

Découvrez notre critique de Les Animaux Fantastiques de David Yates avec Eddie Redmayne. Le scénario est signé J.K. Rowling.

INFO : Sachez avant de lire que je prends le choix de ne pas évoquer les vilains sous peine de déborder et de trop en dévoiler. Bonne lecture.

Nous revoilà enfin plongés à nouveau dans le monde magique d’Harry Potter. Cinq ans après le dernier épisode des aventures d’Harry, Ron et Hermione, J.K. Rowling nous permet d’explorer plus en profondeur cet univers si riche qu’elle a crée.

Dans Les Animaux Fantastiques, nous suivons Norbert Dragonneau, Newt Scamander en version originale. un jeune sorcier qui visiblement n’aime pas vraiment l’école et qui s’est lancé à la conquête du monde pour recenser et faire découvrir à ses comparses les plus belles bêtes magiques que le monde abrite. Alors qu’il se rend à New-York en 1926 pour effectuer une mission personnelle qui lui tient à coeur, la malette qui contient tous les animaux qu’il a capturés lui échappe et se retrouve aux mains d’un non-maj, le nom américain donné aux personnes qui ne possèdent pas d’aptitudes magiques, les Moldus. Norbert va alors devoir mettre la main sur ces créatures pour les empêcher de ravager New-York et de déclencher une guerre entre le monde des Moldus et celui des sorciers. Mais quelque chose de sombre se prépare, quelque chose qui le dépasse et qui peut bouleverser le monde de la magie.

Fantastic Beasts picture

Un film plus mature, un casting irrésistible

Les Animaux Fantastiques s’avère finalement différent de la saga Harry Potter. D’abord, les protagonistes n’ont pas le même âge. On sent la volonté de J.K. Rowling, qui signe ici son premier scénario pour le cinéma, de viser un public plus mature. La saga Harry Potter avait évolué avec son public, l’écrivain britannique part donc du principe que ce sont ces mêmes spectateurs qui sont de nouveau au rendez-vous. Bien sûr, les plus jeunes qui découvrent ce monde si fascinant ne sont pas mis de côté mais il convient de préciser que certains scènes peuvent heurter leur sensibilité.

Que dire du casting si ce n'est qu’il est incroyable ! Les personnages ont chacun leur trait de caractère qui les rend uniques. Certains sont attachants d’autres détestables. Et pourtant, passer après Harry, Ron et Hermione était une tâche délicate mais Norbert, Jacob, Tina et Queenie s’en sortent à merveille. Le premier, interprété par Eddie Redmayne, parvient, à travers sa gestuelle et sa timidité, à obtenir la sympathie du spectateur. Je ne l’avais pas apprécié dans Jupiter Ascending mais je dois admettre qu’il est parfait dans le rôle de Norbert Dragonneau. Katherine Waterson qui joue Tina, le complète. Jacob Kowalski, campé par Dan Folger, est le bout-en-train du groupe et rempli son rôle pleinement. Enfin, Queenie est la Luna Lovegood de cette nouvelle saga, un peu perchée mais irrésistible.

N’oublions pas qui sont réellement les véritables stars du film, Les Animaux Fantastiques bien sûr. Encore une fois, le travail réalisé sur les effets visuels est somptueux. Quelle claque ! On sent que rien n’est laissé au hasard et si le film est un succès c’est aussi parce qu’une vraie identité a été donnée à chaque bête. On les aime et on espère vraiment les voir dans les suites.

Fantastic Beasts

John Williams inégalable

Qui n’a jamais fredonné le thème principal de la saga Harry Potter ? Si il est si mémorable c’est parce que John Williams se cache derrière. Par la suite, d’autres compositeurs lui ont succédé, Patrick Doyle, Nicholas Hooper et Alexandre Desplat. Aujourd’hui, c’est James Newton Howard, co-compositeur de la BO de The Dark Knight qui prend la relève. Il nous offre une bande originale plaisante mais pas aussi mémorable que celle du compositeur de Star Wars.

Quel lien avec la franchise Harry Potter ?

Une fois l’écran titre passé, on est immergés de ce pas dans l’univers magique d’Harry Potter. Entendre les sorciers utiliser les sorts Alohomora, Petrificus Totalus ou encore Accio nous rappellent d’agréables souvenirs finalement pas si lointains. Malgré tout, le film met du temps à démarrer. Bien entendu c’est parce que J.K. Rowling pose les bases de son histoire. L’auteure a récemment annoncée que la saga, qui devait être une trilogie, comportera au total cinq films. Alors certes, de nombreux noms connus sont cités - tendez l'oreille et ouvrez les yeux -, le passé a eu d’énormes conséquences sur les faits s’étant déroulés à Poudlard mais on ignore comment l’intrigue pourrait s’étendre sur cinq films. J.K. Rowling a spécifié que l’on comprendrait à l’issue de la saga pourquoi il en faut tant et pas un de plus. Ce qui est sûr c'est que son univers est inépuisable. Faisons lui confiance !

Au final, même si on connaît la finalité de l’histoire, impliquant deux des plus grands sorciers de tous les temps, on ne boudera pas notre plaisir de pouvoir parcourir ce monde si singulier ces prochaines années.

Ah oui j’oubliais. L’animation de l’opening est réalisée « à l’ancienne », avec le travelling sur le logo Warner Bros puis le titre qui se révèle dans les nuages. Un broutille pour certains mais un détail très important pour d’autres. Les vrais fans sauront de quoi je parle.

Le Coin Canapé sur Les Animaux Fantastiques

18

Les Animaux Fantastiques est le film que les fans de la saga Harry Potter attendait. Avec un casting incroyable, empreint d'un humour juste et destiné à un public plus mature, le film initie de bien belle manière la nouvelle saga de J.K. Rowling. Une chance de découvrir cet univers fantastique pour les néophytes et un bonheur pour les habitués de la première heure. À voir absolument. Vivement la suite !

Sujets : Les Animaux Fantastiques Fantastic Beasts Harry Potter David Yates J.K. Rowling Eddie Redmayne

D'autres Critiques

Commentaires